Une culture de formation forte : un impact direct sur la productivité

La dégradation des équipements et des systèmes de formation

Tout comme les pompes flanchent, les machines rouillent et les rouleaux se fendillent, les compétences des employés et les systèmes de formation deviennent désuets. Imaginons un instant que l’on modifie des équipements sans réviser, sans avoir identifié les causes fondamentales d’un problème et sans savoir si le problème ne reviendra pas, ce serait insensé. Alors pourquoi le faire en formation?

Plusieurs entreprises utilisent le compagnonnage comme moyen de prédilection en formation. Sachant que les industries québécoises se comparent aux industries nord-américaines dans ce domaine, nous pouvons nous fier aux résultats des études qui démontrent que 85% de cette formation est si mal faite que le rendement en souffre de façon quantifiable. La façon traditionnelle de faire le jumelage est de :

  • Suivre Roger durant sa journée de travail sur une plus ou moins longue période soit de quelques heures à quelques semaines
  • De l’observer
  • D’apprendre par essais et erreurs

Cette façon ne répond pas aux besoins des entreprises d’aujourd’hui. De plus, le secteur manufacturier a besoin d’employés capables de résoudre des problèmes ou faire du dépannage. Pour ce faire, il est nécessaire de maitriser et de renouveler un amalgame d’habiletés de savoir et de faire.

Il est évident que l’industrie manufacturière a besoin autant d’une nouvelle stratégie de développement de la main-d’œuvre en continue organisée, professionnelle et enracinée dans le savoir et le faire, que d’un financement multipartite.

Défis et solutions

Les usines font face à de multiples défis et à de nombreux obstacles qui gênent l’accroissement de la productivité. Si certains d’entre eux sont hors de leur contrôle, d’autres, dont les suivants, peuvent trouver solution.

Défis/obstacles

  • Augmentation nécessaire de la productivité pour rester dans la compétition
  • Perte de savoir-faire pour cause de retraite, restructuration, compétition accrue et /ou maladie
  • Diminution du budget d’exploitation, donc de l’enveloppe disponible pour la formation
  • Travailleurs en poste, ayant des lacunes de formation et de qualification
  • Faire plus avec moins, dont rentabiliser les investissements en développement de la main-d’œuvre

Solutions

Voici des pistes de solutions pour s’attaquer à ces défis :

  • Une structure standard de mesure des compétences en lien avec les rendements attendus
  • La disponibilité d’un curriculum de formation mixte et modulaire
  • La formation en jumelage (OJT) structurée
  • Promouvoir le statut professionnel de la fonction de formation
  • Optimiser l’utilisation des technologies de l’information

Il a été démontré par le conférence board du Canada qu’une culture de formation forte a un impact direct sur la compétitivité. Dans ce contexte, nous avons tous à nous retrousser les manches en matière de développement des compétences et en formation, afin de devenir plus compétitifs. En bout de ligne, il faut comprendre les enjeux reliés aux travailleurs et aux emplois.

About The Author